Résultats de votre recherche

Une bagarre entre extrémistes se termine devant le tribunal

Posté par neptuneparisi le 23 février 2011

 Les policiers de la brigade « violences » ont bouclé l’enquête sur une rixe entre militants extrémistes datant de novembre 2010 à Bordeaux

Ce soir-là, un groupe de jeunes fréquentant la même paroisse de Saint-Éloi à Bordeaux, passe une soirée tranquille dans un établissement autour de la place Gambetta. Quatre jeunes qui se revendiquent de la mouvance extrême gauche passent à proximité, puis poussent la porte du bar. Presque tous étudiants, ils se connaissent et se reconnaissent car ils se font souvent face dans des
manifestations où ils font valoir leur divergence d’opinion.

Les nouveaux arrivés insultent, provoquent, invitent à la bagarre. En vain. Les autres restent de marbre. Un serveur intervient et fait sortir les perturbateurs. Un peu plus tard dans la soirée, les jeunes du premier groupe appellent des amis du Bloc identitaire.

Matraques et ceinturons

Pour jouer les gros bras ? Prétextant une visite de la ville organisée pour l’un des leurs qui n’est pas du coin, ils font un tour dans Bordeaux. Et arrivent – presque par hasard assurent-ils – devant l’Athénée libertaire, rue du Muguet. Là, deux quadragénaires qui sortent des poubelles sont verbalement pris à partie. Ils s’en vont et avertissent d’autres militants d’extrême gauche.

Suite sur www.sudouest.fr/2011/02/17/une-bagarre-entre-extremistes-se-termine-devant-le-tribunal-320852-2780.php

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Nouvelles de France et d’ailleurs

Posté par neptuneparisi le 6 juin 2010

ÉPHÉMÉRIDES
5 juin 1316: décès de Louis X le Hutin
Fils de Jeanne de Navarre et de Philippe le Bel, Louis X, qui succéda à son père en 1314, était né en 1289 à Paris. De santé délicate mais de belle prestance, il était turbulent et querelleur, d’où son surnom de Hutin ou mutin, ou encore de Noiseux. Dès 1304, à la mort de sa mère, il avait reçu le royaume de Navarre ainsi que les comtés de Brie et Champagne; il fut alors marié à Marguerite de Bourgogne que Philippe le Bel allait faire condamner pour adultère et jeter en prison. A la mort de son père, Louis X se remaria avec Clémence de Hongrie et les époux furent sacrés à Reims en 1315. Le début du règne du Hutin fut marqué par une vive réaction féodale après le règne très centralisateur de Philippe le Bel. Le roi dut céder en sacrifiant les officiers de son père qui furent disgraciés. Il dut aussi accorder aux nobles des chartes provinciales, rappel des prérogatives coutumières de la noblesse (respect des droits seigneuriaux, interdiction pour le roi de lever directement des hommes pour l’ost, etc.) Louis X réussit ainsi à redresser une situation périlleuse en moins de deux ans. Il mourut à Vincennes le 5 juin 1316, des suites d’une pneumonie, en laissant la reine enceinte de cinq mois. Leur fils, Jean Ier, ne vécut que cinq jours. Quant à Jeanne, la fille que Louis avait eue de Marguerite de Bourgogne, elle fut écartée du trône par son oncle, Philippe V le Long, qui se fit sacrer à Reims en janvier 1317.

C’est arrivé un 5 juin :

1863 – Les troupes françaises entrent dans Mexico.
1832 – Les obsèques du général Lamarque à Paris se transforment en insurrection républicaine.
1827 – L’armée turque s’empare de l’Acropole et occupe Athènes.
1806 – Louis Bonaparte monte sur le trône de Hollande.
1741 – La France et la Prusse signent le traité de Breslau, portant sur le partage du Saint Empire.
774 – Chute de Pavie: Charlemagne se fait couronner roi des Lombards.

C’est arrivé un 6 juin :

1944 – Jour «J»: les Alliés débarquent en Normandie.
1919 – La Finlande déclare la guerre à l’Union soviétique.
1916 – Prise du fort de Vaux par les Allemands.
1871 – Après la défaite de la France, l’Allemagne annexe l’Alsace-Lorraine par le Traité de Francfort.
1840 – Les guerres carlistes prennent fin en Espagne avec la reddition des Carlistes.
1808 – Joseph Bonaparte devient roi d’Espagne. Il laisse le trône de Naples à Joachim Murat.
1797 – Bonaparte crée une République de Ligurie à Gènes.
1744 – La France et la Prusse s’allient contre Marie-Thérèse d’Autriche.
1690 – L’Espagne rejoint la Grande Alliance contre la France.
1654 – Charles X monte sur le trône de Suède après l’abdication de la reine Christine.
1520 – Entrevue du Camp du Drap d’Or entre François Ier et Henri VIII d’Angleterre.
1513 – L’armée française, battue par les Suisses à Novare (Italie), regagne la France.

NOUVELLES DE FRANCE
1. Louis Aliot s’installe à Perpignan : il ouvre son cabinet d’avocat en septembre
Posté par NP Info Languedoc-Roussillonle 6 juin 2010
Louis Aliot s’est inscrit au barreau de Paris, mais c’est à Perpignan qu’il ouvrira son cabinet d’avocat, en septembre. Il a déjà trouvé des locaux au centre ville.
(Source : http ://www.perpignan-toutvabien.com)
L’ancien secrétaire général du Front National (2005-2010), entouré d’amis, parmi lesquels Marine Le Pen, et de membres de sa famille, a prêté serment, le 5 mai, devant la cour d’appel de Paris. Son doctorat en droit public l’a dispensé de passer le Capa (certificat d’aptitude à la profession d’avocat). Il était parrainé par Jean-Marie Crouzatier, professeur de droit à l’université de Toulouse 1, et par Serge Didier, avocat, conseiller municipal d’opposition à Toulouse et ancien militant du groupe d’extrême droite, Occident. Mais c’est la lettre de recommandation de Roland Dumas, un proche de Mitterrand, plusieurs fois ministre, notamment aux affaires étrangères, ancien président du conseil constitutionnel, qui a provoqué la surprise et l’évènement.
[...]
Son avenir politique
Louis Aliot a annoncé qu’il serait candidat aux prochaines élections cantonales, en 2011, sur le canton du Bas Vernet. Mais il faudra aussi compter avec lui lors des législatives en 2012, des municipales en 2014. A quarante ans, Louis Aliot a son avenir politique devant lui. Son charisme, son savoir faire en matière d’organisation pourraient permettre au Front National de revenir vers les scores qu’il faisait à l’époque de Pierre Sergent et de Jean-Louis De Noell. L’installation de Louis Aliot à Perpignan n’est donc pas une bonne nouvelle pour la droite. Et ce qui peut affaiblir la droite, profite à la gauche. D’où une certaine bienveillance…
http://www.nationspresse.info/?p=103393
2. Rachida Dati veut être candidate aux législatives de 2012
Par Reuters – Samedi 05 juin, 07h35
PARIS – L’ancienne ministre de la Justice Rachida Dati déclare qu’elle souhaite être candidate aux élections législatives de 2012, dans un entretien au Parisien à paraître ce samedi.
Rachida Dati est actuellement députée européenne, un mandat qui court jusqu’en 2014, et maire du 7e arrondissement de Paris.
« Je confirme que je serai candidate aux législatives en 2012″, dit-elle.
Interrogée sur la politique actuelle, elle a répondu : « Il faut être honnête, sur la sécurité, notamment, il y a un vrai décalage entre le discours et la réalité. »
« Aujourd’hui une partie des Français, en particulier dans les milieux populaires, se sent abandonnée. Je pense aussi aux forces de sécurité qui ont besoin d’être soutenues par l’opinion publique et valorisées par les responsables politiques », ajoute-t-elle.
Jean-Baptiste Vey
3. Cécile Duflot croit à une victoire en 2012 avec le PS
Par Reuters – Hier, 13h17
PARIS – La secrétaire nationale des Verts français Cécile Duflot croit à une victoire de la gauche en 2012 en cas de rassemblement avec le Parti socialiste et elle évoque la nécessité d’un groupe parlementaire écologiste.
Dans un entretien publié par Le Monde de dimanche, le jour d’une convention interrégionale de son parti à Paris, Cécile Duflot précise avoir rencontré Martine Aubry, premier secrétaire du PS et se préparer à la revoir.
La dirigeante écologiste ne parle pas de la possibilité d’une candidature des Verts à la présidentielle de 2012.
« La gauche et les écologistes peuvent gagner s’ils sont rassemblés et assument leur diversité. Les électeurs de gauche n’attendent pas de nous la caporalisation (…) mais nous devons être capables de dire pour les cinq ans qui viennent ‘voilà ce que nous allons faire ensemble’ », dit-elle.
« Pour cela, il est indispensable que nous ayons enfin un groupe parlementaire, car cela donnera de la crédibilité à nos projets », ajoute-t-elle.
La constitution d’un groupe parlementaire suppose un accord électoral avec le parti socialiste, et le soutien par ce dernier de candidats écologistes sous une bannière commune.
L’idée d’un abandon par les Verts d’une candidature en 2012 en échange d’un tel accord a déjà été avancée, mais elle est vivement contestée dans le parti écologiste. Nombre de ses dirigeants jugent au contraire indispensable à la gauche une candidature des Verts, pour « ratisser » plus large.
Pour Cécile Duflot, « la gauche doit gagner en 2012, les gens n’en peuvent plus du chômage et des inégalités, des attitudes pyromanes sur la burqa et l’identité nationale, des atteintes aux libertés publiques ».
Thierry Lévêque, édité par Pascal Liétout
4. Europe Ecologie réfléchit à son avenir sur fond de tensions
LEMONDE.FR avec AFP | 05.06.10 | 19h53

Difficile retour à la réalité pour la famille écologiste. Après le succès des régionales, Europe Ecologie (EE) a du mal à se mettre en ordre de bataille pour 2012. Plus de 600 personnes étaient réunies, samedi 5 juin à Paris, pour participer aux débats de synthèse des conventions régionales organisées début mai sur l’avenir d’EE et ses statuts.
Mais les débats ont été houleux, suite à la récente sortie du numéro deux des Verts, Jean-Vincent Placé. Ce dernier a mis les pieds dans le plat jeudi en assurant que la structuration du mouvement était un « bide total ». Il s’est également attiré les foudres de l’eurodéputé EE Daniel Cohn-Bendit pour avoir traité sa collègue Eva Joly de « vieille éthique ». M. Cohn-Bendit a profité de la réunion de samedi pour demandé un « comité éthique » qui « dira si cela se fait qu’un militant parle d’Eva Joly comme Jean-Vincent Placé l’a fait ».
RIVALITÉS
Si plusieurs points d’accord ont été dénombrés (parité, non-cumul des mandats, refus du parachutage, fin des quotas Verts et non-Verts), jusqu’ici, ce que deviendra Europe Ecologie reste encore très flou. « Sur la forme, on va s’en sortir, on est obligé », assure Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts. Mais « je n’ai pas la solution », reconnaît Daniel Cohn-Bendit.
Alors, fédération, parti-réseau, coop��rative ? « Même moi je ne sais pas ce que ça veut dire », ironise Jean-Vincent Placé. « C’est une bêtise de dire » cela, rétorque l’eurodéputé EE Jean-Paul Besset, pariant, lui, sur une « position consensuelle sur les grandes lignes organisationnelles » en novembre aux assises de l’écologie. « Si on n’a pas un outil pour parler du fond, le contenu va rester confidentiel », explique ce défenseur d’un parti fusionnant Verts et EE et qui accuse M. Placé de vouloir tout verrouiller.
QUEL CANDIDAT POUR 2012 ?
Tous sont en revanche d’accord pour mener en parallèle le projet des « écolos » pour 2012. M. Placé propose d’organiser des « conventions sur le projet » avec les associations, les syndicats. Récemment, un groupe de travail d’une quarantaine de personnes a été mis en place. Pour l’eurodéputé Yannick Jadot, il faut qu’EE ait non seulement un « bon projet écologique mais un projet de gouvernement ». « L’objectif est d’avoir un projet courant 2011″, assure M. Besset.
Reste à choisir le candidat. Dans un sondage Ifop pour Sud Ouest Dimanche, Cécile Duflot et Eva Joly se partagent à parts égales (33 %) les faveurs des Français. Chez les sympathisants Verts, la patronne du parti écologiste (42 %) prend l’avantage sur l’ex-juge franco-norvégienne (37 %). Après avoir proposé en janvier de soutenir le candidat PS en échange de circonscriptions, M. Cohn-Bendit appuie désormais Mme Joly, une candidature « éthique ».
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/06/05/europe-ecologie-reflechit-a-son-avenir-sur-fond-de-tensions_1368517_823448.html#xtor=AL-32280397

5. Sarkozy et Fillon en recul dans le baromètre CSA/Le Parisien
Par Reuters – Il y a 2 heures 40 min

PARIS – Les cotes de confiance de Nicolas Sarkozy et de François Fillon enregistrent un recul dans le baromètre mensuel réalisé par l’institut CSA et publié ce dimanche par Le Parisien/Aujourd’hui en France.
Avec 34% des personnes interrogées déclarant lui faire confiance, le président français perd trois points par rapport au mois de mai et retrouve son plus bas niveau enregistré depuis son élection, en mai 2007.
Le Premier ministre cède lui deux points à 42%.
Le baromètre CSA a été réalisé par téléphone les 2 et 3 juin auprès d’un échantillon de 1.005 personnes âgées de 18 ans et plus.
Henri-Pierre André

NOUVELLES D’EUROPE
BELGIQUE
samedi 05 juin 2010
Belgique : vers un triomphe des nationalistes en Flandre
La NV-A, parti indépendantiste flamand, devrait triompher dimanche 13 juin, lors des élections législatives belges, avec plus de 25 % des voix, selon un sondage publié hier. La percée de ce parti, qui ne dépassait pas les 5 % il y a quelques années, se confirme donc. Selon cette enquête d’opinion, réalisée par l’institut TNS-Dimarso pour le quotidien flamand De Standaard et la télévision publique flamande VRT, le parti chrétien-démocrate de l’actuel premier ministre Yves Leterme, le CD&V, n’arriverait que loin derrière avec seulement 19 % des intentions de vote. Les deux formations, alliées au sein d’un cartel, avaient remporté les législatives de juin 2007 avec 29,6 % des voix. Séparée du CD&V depuis 2008, la NV-A a entamé une irrésistible ascension puisqu’elle doublerait son score des régionales de juin 2009 où elle n’avait obtenu « que » 13,1 % des voix.
Un autre sondage publié aujourd’hui dans la Libre Belgique confirme la percée de la NV-A en Flandre : 31 % des Flamands (5 % des Bruxellois et 2 % des Wallons) souhaitent que Bart de Wever, le président du parti indépendantiste, devienne premier ministre contre seulement 15 % pour Marianne Thysen, la patronne du CD&V. En seconde position, avec 19 % des voix, on trouve en Flandre Alexander De Croo, président du parti libéral Open VLD, l’homme qui a fait tomber le gouvernement Leterme sur la question communautaire. Manifestement, le geste a plu au nord du pays. En revanche, son parti ne bénéficie pas de cette popularité : il poursuit sa chute avec 13,9 % des intentions de vote contre 18,8 % en 2007…
Il est intéressant de noter que la forte progression des intentions de vote en faveur de la NV-A se fait au détriment de tous les partis flamands. Les autres partis indépendantistes sont ainsi en perte de vitesse (Vlaams Belang, 11,5 % des intentions de vote contre 19 % des voix en 2007, et Liste Dedecker, 6,6 % des intentions de vote), mais aussi l’Open VLD (13,9 %) et les socialistes du SP.A (13,8 %). Seuls les écologistes de Groen sont en progrès avec plus de 8 % des intentions de vote.
En Flandre, les partis franchement indépendantistes recueillent donc environ 43 % des intentions de vote. Mais il faut bien voir que tous les autres partis sont plus ou moins gagnés par ces thèses. Ainsi, on a du mal à voir ce qui différencie les programmes de la NV-A et du CD&V en matière communautaire : tous les deux réclament en effet une « Belgique confédérale » et non plus « fédérale ». En clair, l’État belge n’exercerait plus que quelques fonctions régaliennes, l’essentiel des compétences revenant aux régions. Les chrétiens-démocrates se gardent cependant de fixer l’indépendance comme objectif final même s’ils le pensent de plus en plus fort. Ce constat peut être étendu à l’Open VLD ou au SP.A, chaque parti se contentant de mettre quelques compétences en plus ou en moins dans l’escarcelle de l’État central.
La dérive vers l’indépendantisme est telle en Flandre, qu’aucun parti ne réclame la création d’une circonscription fédérale pour créer du lien entre Néerlandophones et Francophones, , sauf Groen!, (ce qu’osait encore proposer les libéraux flamands en 2005), ou le retour à l’État central d’un certain nombre de compétences ou encore la fin de la guérilla contre les Francophones de la périphérie bruxelloise. Autant dire que le nationalisme flamand est désormais hégémonique et que l’on voit mal ce qui pourrait freiner l’évaporation de la Belgique.
http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2010/06/belgique-vers-un-triomphe-des-nationalistes-en-flandre.html
ROUMANIE
Roumanie: A vendre, pays en crise
Durement touchée par la crise, soumise à la rigueur et confrontée à des grèves, la Roumanie serait quasiment en faillite. Ni ses dirigeants ni les investisseurs européens ne semblent cependant prêts à réagir. Et ce sont la Russie et la Chine qui pourraient en profiter, craint România libera.
Tandis que le président roumain reconnaît que son pays est en faillite, le gouverneur de la Banque nationale de Roumanie, Mugur Isarescu, a à son tour soudainement remarqué que son pays se retrouvait dans le même pétrin qu’il y a dix ans. A les entendre, tous les maux de la Roumanie se seraient abattus récemment sur le pays.
Acteurs et victimes de leurs propres machinations, les élites politiques de Roumanie ont pourtant toujours placé leurs propres intérêts au-dessus des intérêts nationaux, même lorsqu’ils savaient que leurs actions pouvaient conduire au désastre.
Le président Traian Basescu parle aujourd’hui du danger de « grécisation » du pays. Mais l’an dernier, le gouvernement d’Emil Boc (Parti démocrate libéral) a préféré dépenser sans compter sans que le président ne lui tape sur les doigts. La fausse philanthropie de l’exécutif était aussi rentable pour le président, car son enjeu n’a pas été d’extirper la Roumanie de la crise mais de remporter la course à la présidence. Sinon, Traian Basescu aurait obligé Emil Boc & Co. à procéder à des licenciements, baisser les salaires et cesser les acquisitions clientélistes.
Le président parle aujourd’hui de danger de « grécisation » de la Roumanie sans tenir compte de l’histoire et du potentiel différents des deux pays. Il a raison de s’alarmer pour la dette croissante du pays [supérieur à 78 milliards d'euros fin 2009], mais ses lamentations auraient pu commencer tout de suite après la campagne électorale et, éventuellement, en nommant un Premier ministre technocrate au lieu du politicien Emil Boc, qui non seulement aurait compris les mécanismes économiques, mais qui aurait également disposer d’une vision sur la manière d’éviter la catastrophe.
Le président parle aujourd’hui de danger de « grécisation » sans réfléchir probablement au fait que les investisseurs occidentaux seront plutôt intéressés de « sauver » la Grèce que la Roumanie. Si les deux pays doivent mettre sur l’étal ce qu’elles ont encore à vendre, les acheteurs seront totalement différents. En Grèce, où les infrastructures de transport sont bien au point, le tourisme plus développé, et l’agriculture a su bénéficier des fonds européens, les Occidentaux s’empresseront de prendre des concessions ou d’acheter à prix réduits. En Roumanie, où les routes sont toujours en réparations, les usines ont été démantelées depuis longtemps, et l’agriculture est restée négligée et arriérée, viendront investir les Orientaux : les Chinois, au mieux, ou les Russes. Pour eux comptera autant le prix bradé que la (re)conquête d’une zone d’influence sous couvert économique.
Les Allemands préféreront mettre la main sur les possessions grecques des rivages méditerranéens, de ce pays où l’on compte le plus de germanophones non-allemands en Europe, car la Roumanie est trop lointaine, trop à la traîne et un tantinet plus corrompue. Les deux pays proches de la faillite ont des perspectives totalement différentes, car le premier a toujours été convoité par l’Occident et l’autre – toujours guetté par les dangers venant de l’Orient.
Solidaires, mais attentifs à leur portefeuille
Seuls 10% des 700 000 fonctionnaires ont répondu à l’appel des syndicats à la grève , le 31 mai. « Beaucoup de fonctionnaires ont renoncé à protester parce qu’ils ne voulaient pas perdre davantage de leurs salaires en réduisant leurs temps de travail, » note România libera. Le mécontentement contre les mesures annoncées par le gouvernement n’a pas diminu��, mais la résignation remplace progressivement les premiers élans de protestation, conformément à une longue tradition de soumission de l’opinion collective en Roumanie, explique le quotidien dans son éditorial.
« L’enthousiasme des gens a brusquement baissé quand ils ont appris que les syndicats n’ont pas les moyens de compenser leurs salaires pour les jours de grève, et que c’est à eux d’assumer la perte de salaire, » remarque un responsable syndical de Bucarest. A l’approche des vacances, avec un budget déjà restreint, ils se déclarent tous solidaires par principe, mais en réalité c’est chacun pour sa bourse.
Presseurop
http://fortune.fdesouche.com/19252-roumanie-a-vendre-pays-en-crise
SLOVÉNIE
Référendum crucial en Slovénie pour la candidature croate à l’UE
Par Reuters – Il y a 2 heures 40 min
LJUBLJANA – Les électeurs slovènes se rendent aux urnes ce dimanche pour se prononcer sur un accord de délimitation de la frontière avec la Croatie; de leur réponse dépendra en grande partie le sort de la candidature croate à l’Union européenne.
Les derniers sondages annoncent un référendum serré entre les partisans de cet accord, soutenu par le Premier ministre Borut Pahor, et ses détracteurs, conduits par Janez Jansa, chef de file de l’opposition de droite et ancien chef du gouvernement.
Si le non l’emporte, le gouvernement slovène devra le dénoncer et l’objectif de la Croatie d’adhérer l’Union européenne dès 2012 sera sans doute impossible à tenir.
« Résoudre notre litige frontalier avec la Croatie est la base d’une paix durable, de la sécurité et de l’amitié entre nos deux nations », a dit Pahor cette semaine.
La délimitation de la frontière entre la Slovénie, membre de l’UE depuis 2004, et la Croatie pose problème depuis l’éclatement de la Yougoslavie, en 1991. Elle a conduit le gouvernement de Ljubljana à opposer son veto à la candidature croate jusqu’à la conclusion d’un accord, en septembre dernier.
Cet accord, déjà ratifié par la Croatie, prévoit un arbitrage international sur les frontières maritimes et terrestres qui s’imposera aux deux Etats.
Le litige porte notamment sur une bande de terre de l’Istrie, péninsule triangulaire du nord de l’Adriatique entre le golfe de Trieste et le golfe du Kvarner.
La Slovénie, dont la façade maritime est enserrée entre l’Italie et la Croatie, réclame également un accès direct aux eaux internationales.
Les bureaux de vote fermeront à 17h00 GMT. Les premiers résultats sont attendus dans l’heure qui suivra.
Marja Novak, Henri-Pierre André pour le service français
UNION EUROPÉENNE
1. Taxe carbone : la commission européenne finalise son projet
Par MaxiSciences – Il y a 54 min
Europe – La Commission européenne va très prochainement proposer un projet de taxe carbone qui, pour être mis en œuvre, devra être unanimement adopté par les États membres. Cette taxe s’appliquerait aux secteurs du bâtiment, de l’agriculture et du transport routier.
Le projet contenu dans une proposition de révision de la directive sur la taxation de l’énergie, devrait faire l’objet d’un débat au sein du collège des commissaires le 23 juin prochain.La Commission propose de fixer à 20 euros le montant plancher par tonne de CO2, et ce quelle que soit l’énergie utilisée. Des exemptions et des réductions seront toutefois prévues, notamment pour le secteur agricole, les ménages les plus pauvres ou encore les zones rurales isolées. Quant aux secteurs concernés par la mise en œuvre progressive du système payant de quotas de CO2, comme l’industrie lourde, l’aviation ou la production d’��lectricité, ils ne seraient pas concernés par la taxe carbone européenne.L’objectif de ce système de taxation est double, indique le texte que s’est procuré Reuters. Il doit « corriger les prix de l’énergie pour refléter les coûts des émissions de CO2 et les contenus en énergie, dans le but de changer les comportements, les technologies utilisées » et ce, tout en s’assurant « que les États membres peuvent avoir des politiques fiscales efficaces sans peur de pertes de compétitivité au sein du marché intérieur ».Après avoir été présenté officiellement par la Commission européenne, le projet sera étudié par les États membres. Pour que le texte soit adopté, les 27 devront se prononcer favorablement à l’unanimité. Si tel est le cas, la taxe entrera progressivement en vigueur entre 2013 et 2018. Ce système est très différent de celui que Nicolas Sarkozy avait proposé en mars dernier après l’abandon du projet français de contribution climat énergie. S’il devait entrer en vigueur, chaque pays membre de l’UE pourrait utiliser le produit de la taxe comme bon lui semble.En taxant les secteurs du transport et du bâtiment, qui engendrent respectivement 23 et 10% des émissions de CO2 européennes, la Commission espère donner aux États membres les moyens d’atteindre l’objectif européen de réduction des émissions de 20% d’ici à 2020, et par rapport à 1990.
2. L’UE finance les réformes ukrainiennes (Cornaro)
Dossier: L’Ukraine après présidentielle 2010
16:17 05/06/2010
© flickr.com/ Stuart Chalmers
KIEV, 5 juin – RIA Novosti
L’Union européenne (UE) soutient les réformes ukrainiennes en versant des sommes importantes à Kiev, a déclaré Marcus Cornaro, directeur en charge de l’Europe, du Sud de la Méditerranée, du Proche-Orient et de la politique de voisinage à la Commission européenne, à l’hebdomadaire ukrainien Zerkalo Nedeli.
Quant au budget ukrainien, il serait logique de parler des sommes prévues pour 2007-2013, a indiqué M.Cornaro dans une interview Zerkalo Nedeli publiée samedi. Le budget indicatif disponible pour l’Ukraine pour 2007-2010 s’élève à 494 millions d’euros. Des sommes aussi importantes seront allouées en 2010-2013 pour le soutien des réformes administrative et économique, le développement du commerce avec l’UE et le secteur social.
L’UE accorde une attention particulière à la politique régionale, notamment au renforcement du potentiel administratif des régions et des municipalités.
Les ressources administratives et financières ne doivent pas s’accumuler à Kiev. Il faut donc lancer une réforme des collectivités locales en Ukraine ce qui serait un signal puissant pour l’Europe décentralisée depuis longtemps, à son avis.
M.Cornaro s’est dit persuadé que la politique de voisinage avec l’Ukraine resterait prioritaire pour l’UE malgré la crise financière et que l’UE continuerait d’accorder une assistance financière à l’Ukraine.
http://fr.rian.ru/world/20100605/186841289.html
MONTÉNÉGRO
Monitor
Élections locales au Monténégro : « pire est la situation sur le terrain, meilleur est le résultat du DPS »
Traduit par Jasna Andjelic
Publié dans la presse : 28 mai 2010
Mise en ligne : samedi 5 juin 2010
Le 23 mai, deux tiers des électeurs monténégrins étaient appelés aux urnes pour des municipales. La coalition menée par le DPS du Premier ministre Milo Ðukanovic a largement remporté ce scrutin : il dirigera 12 des 14 municipalités qui ont voté. Unie pour une fois, l’opposition s’est félicitée de son bon score, estimant qu’elle devait continuer à faire bloc pour espérer battre une majorité qu’elle juge corrompue et liée au crime organisé.
Par Kosara K. Begovic
Les partis au pouvoir ont remporté une victoire électorale de plus. Seul ou à l’aide de ses partis- satellites, le DPS va diriger 12 des 14 municipalités qui ont voté le 23 mai.
À Podgorica, la coalition composée du DPS, du parti libéral et du parti bosniaque a gagné 28 sur 57 sièges à l’Assemblée municipale. L’opposition unie en a remporté 24 et le parti social-démocrate (SDP) cinq. « Il aurait été formidable de gagner 29 sièges, mais nous en avons 28 et nous trouverons un partenaire de coalition avec lequel nous continuerons d’exercer le pouvoir », a estimé Milo Ðukanovic, président du DPS. La recherche sera difficile à faire…
Le Premier ministre monténégrin se félicite des résultats électoraux
Milo Ðukanovic a souligné qu’il était particulièrement content de la victoire électorale dans les trois nouvelles municipalit��s au Nord du Monténégro : celles de Kolašin, Andrijevica et Žabljak. « C’est un signe de la perception positive de notre politique pour un Monténégro indépendant et de l’intégration du Nord du Monténégro. Cela démontre également que la politique gouvernementale de promotion des investissements pour le développement accéléré du Nord du pays donne des résultats politiques », s’est félicité le Premier ministre monténégrin. On pourrait aussi penser que les résultats électoraux dépendent du fait que les routes du nord ont été longtemps nettoyées de la neige jusqu’aux frontières des municipalités qui votent l’opposition. Les gens ont donc décidé de voter juste.
En dépit de la victoire du DPS, l’opposition ne se voit pas perdante : pour Slaven Radulovic, vice-président de NOVA, il s’agit d’un progrès important.« Je disais dans les meetings électoraux que le plus grand succès avait déjà été réalisé : les gens de nationalités différentes, de convictions politiques différentes, de confessions différentes et de statut socio-économique différent se sont mis à discuter ensemble des priorités communes sans tensions. Nos militants sont côte à côte, les Serbes et les Bosniaques, les unionistes et les indépendantistes, les socialistes et les conservateurs. Ils ont rencontré les citoyens du Monténégro pour leur transmettre des messages de paix et de prospérité ».
Slaven Radulovic affirme que les meetings de la coalition « Meilleur Monténégro » respiraient le bonheur de voir réunis des cousins, parrains et frères qui s’étaient adressé des insultes pendant des années. Cependant, explique-t-il, les directions des partis de coalition n’ont pas réussi, dans cette première tentative, à matérialiser ce potentiel.
« Cela s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, le processus de négociation a été trop long, et il nous est resté peu de temps pour préparer la campagne. Ensuite, il y avait des problèmes pour partage des responsabilités, aussi bien au niveau vertical qu’horizontal. Tous les mécanismes complexes comme le notre ont besoin d’adaptation. Ce processus est aujourd’hui impossible à arrêter, à condition que l’on reste ensemble », affirme Slaven Radulovic.
Pour gagner, pactisez avec le crime organisé
Le parti « Mouvement pour les changements » estime que chaque victoire électorale du DPS représente un échec du Monténégro. « Les victoires électorales du régime actuel sont des plaisanteries contraires aux fondements de la démocratie occidentale dans laquelle les électeurs punissent, dans les consultations libres, des pouvoirs corrompus et criminalisés » s’emporte Koca Pavlovic. Selon lui, les chantages, l’achat des voix et le soutien de la criminalité organisée ont permis au le DPS d’établir une logique inverse : pire est la situation sur le terrain, meilleur est leur résultat électoral.
« Les victoires convaincantes du DPS à Rožaje, une ville transformée en plaque tournante des trafiquants de drogue et des cas sociaux ainsi que celles du quartier Konik de Podgorica (90% des voix pour le DPS), de Berane, Žabljak et Bijelo Polje illustrent l’efficacité de cette logique antidémocratique.
Selon Koca Pavlovic, le résultat électoral de Kolašin prouvent que la véritable lutte contre la corruption et la criminalité sera punie sans merci tant que le DPS contrôle le processus électoral. Le DPS y a gagné 36,5 % de voix, l’opposition 35,9 %, le groupe des citoyens de Mileta Bulatovic environ 20% et le SDP environ 6 %.
« Le groupe connu pour ses liens avec les parrains du crime organisé et une corruption galopante a remporté 20 % des voix et six sièges à l’Assemblé locale. Les représentant locaux du SDP, l’un des rares partis à s’être opposé au vol et à la corruption, ont perdu la moitié de leurs élus, ils ne seront plus que deux », se désespère Koca Pavlovic.
L’opposition veut continuer à rester unie
Les dirigeants des partis d’opposition ont déjà insisté sur l’importance de préserver l’unité de l’opposition et ils continuent de le répéter. Une première fissure était pourtant déjà apparue, parce que le Parti du peuple s’était opposé à l’invitation que vice-président du SNP (Parti socialiste) Neven Gošovic avait adressée au parti social-démocrate en vue de négociations. La chose semble être aujourd’hui réglée : Andrija Mandic, dirigeant de NOVA , a invité les dirigeants de l’opposition à régler les malentendus face à face lors d’une réunion.
Le maire actuel de Podgorica, Miomir Mugoša a également parlé d’accords cachés : il a invit�� le SDP à tenir parole, sans préciser à quoi il faisait référence. Il est peu probable que nous découvrions les acteurs et le sujet des accords clandestins entre le DPS et le SDP. Pour le moment, le SDP s’oppose à Miomir Mugoša.
D’autre part, le DPS de Pljevlja s’est plaint de fraude électorale. Des poursuite pénales ont été lancées contre neuf habitants de Pljevlja, pour avoir abus du droit de vote et falsification de vote. S’ils n’étaient pas totalement occupés à r��soudre cette affaire, les juges locaux auraient pu s’occuper du chantage des directeurs de la mine de charbon qui ont forcé leurs employés à voter pour le DPS.
Pour mieux comprendre la nature de toutes nos élections, il faut compter le nombre de ceux qui sont prêts à déclarer au travail qu’il avaient voté l’opposition. Telle est la mesure exacte de notre démocratie.
http://balkans.courriers.info/article15332.html
LE COIN DES KOLLABOS
Claude Bartolone (PS) veut lutter contre «l’image trop dégradée de l’islam en France»
Par Ubu | Publié : 6 juin 2010
Après le signature le 27 mai (voir fdesouche) d’une convention entre le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et le Conseil régional du culte musulman (CRCM) Ile-de-France portant sur l’octroi d’un terrain de 25 hectares pour l’abattage rituel de l’Aïd el-Kebir, le président du Conseil général Claude Bartolone (PS) explique ses motivations
Q. : Quel est la genèse du projet ? Qu’est-ce qui vous a motivé à prendre cette décision ?
Dès que j’ai été élu président du Conseil général (en mars 2008), j’ai souhaité participer en tant qu’élu à ce besoin, même symbolique, de lutter contre les discriminations et contre cette image encore trop dégradée en France de la religion musulmane. (…)
Réussir à faciliter les choses pour trouver des terrains, construire des lieux de culte dignes pour en finir avec « l’islam des caves » est symbolique. J’ai trouvé que permettre aux habitants de la Seine-Saint-Denis de célébrer dignement la fête du sacrifice était une tâche qui relevait aussi du clin d’œil d’une République qui souhaite être conforme à ses idéaux laïcs. (…)
Il y a une volonté de réussir cette expérience et de donner envie à d’autres départements ou collectivités d’en faire de même. (…)
SaphirNews
http://www.fdesouche.com/118751-claude-bartolone-ps-veut-lutter-contre-%C2%ABlimage-trop-degradee-de-lislam-en-france%C2%BB
DOUCE FRANCE
Soci��té 05/06/2010 à 15h50
1. Un policier agressé violemment à Nanterre
Un policier été violemment agressé par trois hommes jeudi à Nanterre, alors qu’il quittait son lieu de travail en compagnie de sa conjointe.
Le fonctionnaire de police, qui n’était plus en service au moment des faits, a été agressé jeudi vers 18 heures, près de la gare RER de Nanterre-Université, a précisé une source policière. Ses trois agresseurs, qui le connaissaient, l’auraient pris à partie avant de le rouer de coups de poings et de coups de pied sous les yeux de sa compagne.
Souffrant d’un traumatisme facial, le policier a été hospitalisé à l’Hôtel-Dieu, à Paris, où il se trouvait encore en observation vendredi après-midi. Selon la source policière, il aurait le nez cassé, une joue fracturée et pourrait perdre un oeil.
D’après une source proche de l’enquête, les trois agresseurs, identifiés par la victime, sont activement recherchés. Tous trois sont déjà connus des services de police, dont deux pour des violences contre les forces de l’ordre.
La sûreté départementale des Hauts-de-Seine a été saisie de l’enquête.
(Source AFP)
http://www.liberation.fr/societe/0101639745-un-policier-agresse-violemment-a-nanterre
2. Meurtre de la policière : le commando compterait une dizaine de membres
06.06.2010, 07h41 | Mise à jour : 08h02
Le commando à l’origine de la fusillade qui a coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet le 20 mai à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) était composé d’une dizaine de personnes, a affirmé samedi le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux.
Le ministre, qui était venu inaugurer à Puy-Guillaume la première installation de vidéo-surveillance du département du Puy-de-Dôme, a déclaré: «L’enquête progresse bien, nous savons désormais qu’il s’agit d’un commando d’une dizaine de personnes et non de 6 ou 7 comme évoquées à l’origine».
Une troisième personne serait identifiée
«Les investigations se poursuivent, notamment grâce à la vidéo-protection et aux traces ADN et digitales», a ajouté le ministre qui a précisé que «de nouvelles identifications auraient lieu dans les tout prochains jours et qu’une troisième identification était, dès à présent, quasi certaine».
«Les responsables seront inéluctablement identifiés, interpellés et sanctionnés car la puissance publique finit toujours par l’emporter», a ajouté Brice Hortefeux.
Le 20 mai, Aurélie Fouquet avait été atteinte de trois balles à la sortie de l’autouroute A4, à Villiers-sur-Marne, alors qu’elle pensait intervenir pour un banal accident de la route.
Elle venait en fait de croiser la route d’un commando de plusieurs hommes armés de fusils d’assaut et lancés dans une sanglante course-poursuite sur l’autoroute avec des policiers.
Un homme de 42 ans, Malek Khider, arrêté à son domicile, a avoué appartenir au commando à l’origine de la fusillade et a été mis en examen, dans ce dossier, notamment pour «assassinat».
Un autre malfaiteur, Olivier Tracoulat, blessé au cours de la fusillade par un collègue de Mme Fouquet, a été identifié et est recherché.
leparisien.fr
http://www.leparisien.fr/faits-divers/meurtre-de-la-policiere-le-commando-compterait-une-dizaine-de-membres-06-06-2010-952691.php
DROME
3. Leur victime a 12 ans… deux mineurs mis en examen pour viol
par La Rédaction du DL | le 05/06/10 à 11h13
L’affaire est particulièrement sordide. Elle remonte au 26 mai, au sein d’une famille d’accueil dans un village du canton du Grand-Serre. Une famille qui recevait plusieurs enfants et adolescents, placés ici par décision de justice. Ce mercredi-là en soirée, un des membres de la famille entendant des bruits et chuchotements dans une chambre, a ouvert la porte. Surprenant deux adolescents, l’un âgé de 14 ans, l’autre de 16 ans, dans un lit avec une jeune fille de 12 ans. Le référent de la famille d’accueil était ensuite prévenu, et alerta les services de gendarmerie. Interrogés les deux jeunes gens ont été présentés hier devant un juge pour enfants. Ils ont été mis en examen pour violences sexuelles et placés sous contrôle judiciaire. Dans le même temps, ils ont rejoint d’autres familles d’accueil.

Paru dans l’édition 26C du 05/06/2010
http://www.ledauphine.com/leur-victime-est-gee-de-12-ans-deux-mineurs-mis-en-examen-pour-viol-@/index.jspz?chaine=85&article=310574

LA COTE SAINT ANDRE
4. Après la rixe de samedi dernier qui avait fait un blessé grave : l’auteur présumé du coup de feu interpellé
par La Rédaction du DL | le 05/06/10 à 05h03

la côte-saint-andréIl aura fallu moins d’une semaine aux enquêteurs de la brigade de recherches de Vienne pour « serrer » l’auteur présumé du coup de feu qui, dans la soirée du samedi 29 mai, avait gravement blessé un jeune homme dans les rues de La Côte-Saint-André.Ce soir-là, une rixe -dont le mobile reste toujours nébuleux- avait éclaté entre le père de la victime et le tireur. Membres de la communauté portugaise de la ville, les deux hommes se trouvaient sur le parking des immeubles » Les Espaces », au numéro 3 de la rue Louise-Michel. Le ton montant entre les deux hommes, le fils de l’un deux était alors intervenu. Dans des circonstances que l’enquête devra déterminer, l’agresseur aurait alors tiré dans leur direction, blessant le fils au cou. L’auteur du coup de feu avait alors pris la fuite dans les rues du centre-ville. Depuis, il était activement recherché.Mais le soir même des faits, grâce aux témoignages et à une enquête de voisinage, les enquêteurs avaient identifié le tireur présumé tandis que la victime avait été héliportée sur le centre hospitalier universitaire de Grenoble.Par ailleurs, une douille a été retrouvée sur les lieux, permettant d’identifier la nature de l’arme : un pistolet de calibre 6-35.L’étau a fini par se resserrer, permettant aux gendarmes de localiser le fugitif chez l’une de ses amies domiciliée à la Côte-Saint-André. « Il ne sortait jamais le jour, très peu la nuit », nous confie une source proche de l’enquête.Placé en garde à vue, l’homme, âgé de 39 ans et sans réel domicile fixe, nierait les faits. Il est connu de la justice pour des antécédents, notamment pour des violences avec arme.Hier soir, le parquet de Vienne s’est dessaisi du dossier au profit du pôle criminel de Grenoble. Un pôle devant lequel le gardé à vue devrait être déféré dans les heures à venir.V.W.Paru dans l’édition 38B du 05/06/2010 (202787758605)
http://www.ledauphine.com/enqu-te-apres-la-rixe-de-samedi-dernier-qui-avait-fait-un-blesse-grave-l-auteur-presume-du-coup-de-feu-interpelle-@/index.jspz?chaine=85&article=310660

LILLE / VIOLENCES
5. Un employé d’une supérette tire sur des agresseurs avec des billes en caoutchouc
Publié le samedi 05 juin 2010 à 06h00
Jeudi soir, une bagarre a éclaté entre des intrus alcoolisés et les gérants de la supérette Spar de la place Sébastopol.

Les commerçants se sont défendus en tirant sur un des agresseurs avec des balles en caoutchouc.
Alors que le Spar de la place Sébastopol était proche de la fermeture, jeudi soir, l’attention des gérants a été attiré par l’irruption de trois individus visiblement alcoolisés, peu après 20h. « Ils nous ont tout de suite parus bizarres, ils parlaient fort et faisaient de grands gestes, et d’ailleurs, ils sont allés tout droit dans le rayon des fruits et légumes et se sont mis à manger des nectarines », confie le paron, Alain Goens.
Le groupe se dirige ensuite vers le rayon alcool, et se sentant épiés par les commerçants, revient vers les caisses où la patronne leur demande de règler les fruits consommés. « Ils se sont mis à nous insulter en arabe, ils étaient agressifs et surexcités, poursuit le gérant.

L’un d’eux a poussé mon épouse, on a senti qu’ils voulaient autre chose et qu’ils allaient piquer dans la caisse. » Les fils du couple interviennent alors et une bagarre éclate dans la supérette, en présence de plusieurs clients. L’un des fils a alors saisi un pistolet de défense à balles de caoutchouc, avec lequel il a fait feu sur la jambe d’un des trois intrus. « Il s’est calmé et a pris la fuite, mais les deux autres ont été arrêtés par la police ».
Placés en garde à vue, les deux agresseurs ont toutefois été libérés hier après-midi, sans suite judiciaire. Le fils du gérant, qui affirme avoir tiré en état de légitime défense, a fait de son côté quatre heures de garde à vue dans la nuit. Selon nos sources, le ministère public envisagerait des poursuites à son encontre. Une information que n’a pas pu confirmer le parquet hier.w
BRUNO RENOUL
http://www.nordeclair.fr/Locales/Lille/2010/06/05/un-employe-d-une-superette-tire-sur-des.shtml

HEM
6. Règlement de comptes
Publié le samedi 05 juin 2010 à 06h00
Le 2 juin, vers 6 heures, ce sont carrément les super-policiers du GIPN qui interpellent trois personnes à Hem, Roubaix et Croix. Trois agresseurs.

DIDIER SPECQ > didier.specq@nordeclair.fr
Trois copains dont deux frères. Ces derniers, Kamel Chenafi, 27 ans, et Mourad Chenafi, 30 ans, ne seront pas remis en liberté, hier soir, par le président Robert Adam. De quoi s’agit-il ? Au départ, c’est un conflit qui porte sur la vente d’une voiture d’occasion, une Citroën C3. La situation de la voiture aurait été bidonnée : gagée, achetée en Belgique, accidentée, etc. Au final, elle se serait évaporée.
Les acheteurs, les frères Chenafi et leur copain Yoann H., 32 ans, sont furax. Un intermédiaire est sérieusement menacé à Hem le 28 mai. Puis les agresseurs se mettent aux trousses de B., le vendeur. Ce dernier, petit entrepreneur, est repéré dans son dépôt : il est sauvagement agressé. « Il a été séquestré durant deux heures ! Tabassé pendant un quart d’heure ! Il est mort de trouille ! » s’insurge Me Isabelle Pioggi qui intervient pour B.

Le blessé affiche, entre autres, trois fractures au visage et il subit 6 semaines d’immobilisation attestées par la médecine légale. C’est énorme mais les prévenus ne sont pas impressionnés. « C’est un sportif » dit un des trois agresseurs. « Tout ça, c’est selon ses dires » ajoute un autre. Le président Robert Adam est obligé de remettre les pendules à l’heure : « Les trois fractures au visage, ça n’est pas selon ses dires ! » Mais les frères Chenafi n’en démordent pas. « La voiture était gagée, complètement écrabouillée, il s’est foutu de nous » clame Mourad Chenafi. Le procureur Michel Isbled résume : « Vont-ils enfin comprendre qu’on ne discute par de cette Citroën mais de leurs réactions inadmissibles dans un pays civilisé ! ». Mourad Chenafi : « On a tenté d’instaurer un dialogue ». Le président Adam : « À coups d’extincteurs ? » Les trois prévenus demandaient à ne pas être jugés sur le fond tout de suite. Dans l’attente du procès, Me Julien Bensoussan et M e Gaëlle Moquet n’ont pas réussi à faire remettre en liberté les frères Chenafi. Chez qui, en plus, on a retrouvé des stupéfiants. En revanche, Me Jacques-Yves Delobel obtient la remise en liberté du troisième, jamais condamné.w
http://www.nordeclair.fr/Actualite/Justice/2010/06/05/reglement-de-comptes.shtml

7. Cinq jours après avoir tenté de s’évader, il met le feu à sa cellule
publié le 06.06.2010 04h00
Moins d’une semaine après avoir tenté de s’évader, un détenu de la maison d’arrêt de Corbas a mis le feu à sa cellule dans la nuit de vendredi à samedi. Brahim B., qui avait été transferé au quartier disciplinaire, a réussi à enflammer son matelas provoquant un important dégagement de fumée. Alerté, un surveillant est aussitôt intervenu avec deux de ses collègues pour évacuer le prisonnier menacé d’asphyxie et tenter de maîtriser le début d’incendie. Brahim B., qui avait inhalé beaucoup de fumée, été transporté par les pompiers à l’hôpital Lyon-Sud sous bonne escorte. Son état n’inspirant pas d’inquiétude, il a pu être ramené quelques heures plus tard à la maison d’arrêt. Fortement incommodés, les surveillants ont également été placés en observation avant de pouvoir quitter l’hôpital. Plusieurs fois incarcéré, Brahim B., 29 ans, n’a rien du détenu modèle. En mai 2006, il avait réussi à s’évader de l’ancienne prison Saint-Joseph à Lyon. Un « exploit » dont il s’était encore vanté mercredi devant le tribunal correctionnel où il comparaissait pour sa tentative d’évasion du dimanche précédent. Là encore il s’était distingué en refusant l’assistance d’un avocat, imposant ainsi au président le renvoi du dossier à une date ultérieure. Ce sera le 8 juillet. Nul doute que ce jour là l’escorte chargée d’accompagner Brahim B. sera particulièrement étoffée.
http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/3265405/Cinq-jours-apres-avoir-tente-de-s-evader-il-met-le-feu-a-sa-cellule.html
86 – 24 Heures

8. Ils passent à tabac un commis boulanger
(05/06/2010)
Six jeunes des Couronneries, âgés 14 ans à 18 ans, ont été arrêtés en fin de semaine. Ils sont soupçonnés d’avoir participé à une expédition punitive contre un commis boulanger travaillant dans un commerce situé en face du centre aquatique de la Pépinière.
C’était le 22 mai dernier. L’agression avait été très violente avec des coups assénés avec un marteau. Deux jeunes de 14 ans sont soupçonnés d’avoir repéré si le commis était là. Ce sont quatre autres jeunes de 17 et 18 ans qui ont porté les coups. « Le mobile reste flou », explique le parquet. « Il pourrait s’agir d’une opposition entre deux quartiers, la victime est des Trois Cités. » Les deux mineurs ont été présentés à un juge pour enfants. Le parquet a demandé leur placement en détention en attendant leur jugement d’ici à un mois. Les deux majeurs seront jugés ce lundi.
http://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/ACTUALITE/Faits-Divers/24-Heures/Ils-passent-a-tabac-un-commis-boulanger

ISLAM HORS D’EUROPE
La mosquée de Guéret (Creuse) ouvrira bientôt ses portes
Par François | Publié : 4 juin 2010
Les 14 000 habitants de Guéret préfecture du département de la Creuse dans la région Limousin, disposeront dans les prochains mois d’une mosquée.
Voici ce qu’on peut lire sur le blog de celle-ci :
La communauté musulmane de Guéret est en plein essor Mach’Allah!
Quasi invisible il y a encore un an, une nouvelle mosquée avec minaret est en train de voir le jour, une boucherie hallal nommée Hallal Beef qui vend également des plats orientaux à emporter sur commande s’est ouverte il y a quelques mois, des rappels pour les femmes, des cours pour les enfants le dimanche et le blog el hamdoulillah! Et tout cela dans le respect de l’identité nationale lol!
Pour tout nouvel arrivant ou intéressé par nos activités, veuillez vous renseigner à la boucherie Hallal Beef Rue du Prat à Guérêt ou par le biais de notre blog inch’Allah!
Salam wa Alleykoum!
Le blog de la mosquée de Guéret
http://www.fdesouche.com/118519-la-mosquee-de-gueret-creuse-ouvrira-bientot
LOBBIES
LES AVENTURES DE RABBI JACOB
1. BRUNOY : des élèves juifs menacés de mort
Des jeunes portant la kippa ont été pris à partie hier. L’un des agresseurs a brandi un couteau. Le rabbin de Ris-Orangis demande à la préfecture de renforcer la sécurité près des gares.
AGNÈS VIVES | 05.06.2010, 07h00
Ils étaient encore tout tremblants, hier soir, pour commencer le shabbat. Cinq élèves de l’école juive loubavitch à Brunoy ont été menacés de mort sur le quai de la gare par deux passants qui ont, à plusieurs reprises, cité le nom de « Fofana » (responsable du « gang des barbares » qui avait enlevé et torturé à mort Ilan Halimi en 2006).
Hier soir, ces deux hommes, âgés de 25 et 30 ans ont été placés en garde à vue. Un acte antisémite qui intervient dans un contexte de tension au Proche-Orient à la suite de l’intervention sanglante des soldats israéliens sur une flottille humanitaire.
Il est 14 heures, hier. Les internes quittent l’école pour rentrer chez eux. Habituellement, par mesure de sécurité, les élèves arrivent tous ensemble à la gare. Mais un groupe composé de jeunes de 14 à 21 ans a pris du retard. Ils se retrouvent alors face à deux gaillards qui, à la vue de leurs kippas, s’énervent, les insultent et crient « Fofana, Fofana », « à mort », « Juifs, on va tous vous tuer », selon Shmarya Brook, l’intendant de l’école.
C’est lui qui a accompagné les élèves encore très « choqués » au commissariat. « Ils ont carrément fait signe de les égorger », poursuit cet encadrant de l’école. L’un d’eux a même brandi un couteau. Un peu à l’écart, c’est un autre élève qui a prévenu la police avec son téléphone portable. Les fonctionnaires sont rapidement arrivés sur les lieux. Entre-temps, les deux antisémites présumés s’étaient sauvés. Les policiers les ont retrouvés non loin, dans le supermarché Monoprix, puis les ont interpellés.
Cet acte antisémite s’est répandu comme une tra��née de poudre parmi les parents d’élèves. Très inquiets, beaucoup ont multiplié les coups de fil à l’école. « On leur a conseillé de faire attention », confie le directeur, Mendel Gourevitch. « Jusque-là, c’était assez tranquille, poursuit ce responsable juif. Mais avec les derniers événements médiatisés, l’ambiance devient plus tendue. »
La semaine dernière déjà, selon lui, un enseignant qui vit à Yerres a été pris à partie par un habitant de la cité du Belv��dère alors qu’il se promenait avec ses enfants dans un parc du quartier. « La situation internationale échauffe les esprits, confirme l’intendant de l’établissement scolaire. Heureusement que nos élèves ont su éviter que cela ne dégén��re. »
De son côté, le rabbin de Ris-Orangis, Michel Serfaty, en plein tour de France avec son bus de l’amitié judéo-musulmane pour rapprocher les peuples, n’a pas noté lors de ses déplacements dans le nord de la France de problèmes. Mais hier, il comptait demander à la préfecture de l’Essonne de « renforcer la sécurité aux abords des gares et dans les trains » pour éviter d’autres incidents. Comme il l’avait déjà fait il y a quelques années.
Le Parisien
http://www.leparisien.fr/essonne-91/brunoy-des-eleves-juifs-menaces-de-mort-05-06-2010-951162.php
06/06/2010
2. Y aurait-il une antisémite à la Maison Blanche?
La doyenne des correspondants à la Maison Blanche, la très honorée Helen Thomas, 89 ans, pose un cas d’école intéressant sur les limites de la liberté d’expression des journalistes. Sur cette vidéo, tournée à l’occasion de la « célébration de l’héritage juif » à la Maison Blanche (ca tombait particulièrement bien), elle explique au rabin David Nesenoff que les Juifs occupent indûment la Palestine. « Qu’ils foutent le camp de Palestine ! » lance-t-elle. « Ce n’est pas allemand, ce n’est pas polonais » poursuit-elle. Où devraient donc aller les Juifs, interroge le rabin Nesenoff : « Ils devraient rentrer chez eux. En Pologne. En Allemagne… Et en Amérique et n’importe où ailleurs » ajoute-t-elle.
Datés du 27 mai déjà, ces propos font surtout scandale depuis que le site conservateur Drudge Report les a repris en une ce week-end, illustrés d’une photo montrant Helen Thomas… dans les bras de Barack Obama. En août dernier, le président était venu en personne la féliciter pour ses 89 ans, avec cupcakes et bougie. Photo à l’appui, le Drudge Report insinue donc que Barack Obama partagerait les opinions sur les Juifs de la « Reine des correspondants de la Maison Blanche » ou du moins qu’il s’acoquine avec un bien douteux personnage. C’est faux évidemment, mais il est vrai qu’Helen Thomas jouit d’un statut particulier à la Maison Blanche du fait de son ancienneté (elle a couvert tous les présidents depuis Kennedy), un siège lui étant même –depuis longtemps- réservé au premier rang dans la petite salle de briefing.
Entre temps, Helen Thomas a assuré qu’elle « regrette profondément » ses propos : « Ils ne reflètent pas ma profonde conviction que la paix ne viendra au Moyen-Orient que lorsque toutes les parties reconnaîtront la nécessité d’une tolérance et d’un respect mutuel. Puisse ce jour venir bientôt ». Mais le mal est fait et l’ancien porte-parole de George Bush, Ari Fleischer a déjà suggéré au groupe Hearst, qui publie ses éditoriaux, de la congédier. « Elle devrait perdre son emploi à cause de cela, a expliqué Ari Fleischer au Huffington Post. Elle prône le nettoyage religieux. Comment Hearst peut-il la défendre ? Si un journaliste ou un éditorialiste avait dit une chose pareille au sujet des Noirs ou des Hispaniques, ils auraient déjà perdu leurs emplois ».
« Son commentaire a révélé une hostilité débridée à l’égard de l’existence même d’Israël, si ce n’est du peuple juif, observe également le directeur de l’American Jewish Committee, David Harris. Il a aussi montré une ignorance profonde puisque la moitié des Juifs d’Israël ne viennent pas d’Allemagne ou de Pologne mais du monde arabe, ce qui est un point important. Ses excuses ont semblé forcées et ne sont donc pas convaincantes ».
A suivre donc… Les journalistes de la Maison Blanche, payés et connus pour s’émouvoir parfois de broutilles, pourront-ils fermer les yeux devant la profession d’une telle imbécilité historique, et continuer d’honorer Helen Thomas? Ou bien une solution sera-t-elle trouvée pour accélérer enfin sa retraite? Mais ce pourrait être aussi, pour une fois, un soulagement pour Barack Obama: le 4 août prochain, jour de son propre anniversaire et des 90 ans d’Helen Thomas, le président aura une bonne excuse s’il n’a pas envie cette fois-ci d’aller féliciter la doyenne de la Maison Blanche.
http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2010/06/y-auraitil-une-antis%C3%A9mite-%C3%A0-la-maison-blanche.html
F:. M:.
37 – 24 Heures

Des visiteurs nocturnes dans le temple maçonnique
(05/06/2010)
Un ou plusieurs hommes se sont introduits nuitamment (comme on dit dans les PV de gendarmerie ou de police) dans le temple maçonnique situé rue Georges-Courteline, à Tours.
Les intrus ont opéré dans la nuit de mercredi à jeudi en cassant une vitre rue d’Abilly. Celui qui a cassé la vitre s’est même blessé et a laissé des traces de sang qui devraient être fort utiles à la police pour l’identifier.
A l’intérieur, le ou les visiteurs se sont livrés à quelques dégradations : renversement de colonnes, vitrine et buste cassés, bible de 1625 déchirée… Il ne semble pas que ces faits aient un quelconque caractère antimaçonnique : aucun tag, aucune inscription n’a été relevée dans le temple.
L’enquête s’oriente donc vers une délinquance ordinaire : « Probablement, le ou les intrus ne savaient même pas où ils étaient », confiait hier un membre du Grand Orient. Rappelons que ce temple est fréquenté par cinq obédiences : le Grand Orient, la Grande Loge de France, le Droit humain, la Grande Loge féminine de France, la Grande Loge mixte de France et la Grande Loge mixte universelle.
http://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/ACTUALITE/Faits-Divers/24-Heures/Des-visiteurs-nocturnes-dans-le-temple-maconnique

Y A BON BANANIA
Le CRAN appelle Brice Hortefeux à agir contre le racisme
Par Reuters – Samedi 05 juin, 09h02
PARIS – Le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) appelle le ministre français de l’Intérieur Brice Hortefeux, condamné vendredi pour injure raciale, à prendre des mesures contre le racisme.
Le ministre a été condamné à 750 euros d’amende et 2.000 euros de dommages et intérêts pour des propos jugés tenus lors d’une conversation en 2009 avec un militant UMP d’origine maghrébine.
Le CRAN juge « inquiétant » que le ministre chargé au premier titre du problème de la lutte contre le racisme soit lui-même sanctionné.
« Le CRAN demande au ministre de l’Intérieur et ancien ministre de l’Immigration de ne pas faire comme si rien ne s’était passé. Il appartient maintenant à Brice Hortefeux de répondre aux questions légitimes soulevées par sa phrase », dit l’organisation dans un communiqué.
Le CRAN demande à Brice Hortefeux « de prendre très rapidement des initiatives fortes contre le racisme et les discriminations » et « de donner des preuves de sa détermination à lutter contre le racisme et les discriminations ».
Brice Hortefeux a fait appel et sera rejugé dans un délai d’environ un an à Paris. Il a reçu le soutien de son parti et du Premier ministre François Fillon.
Plaisantant, en présence d’un Jean-François Copé hilare, alors qu’on lui présentait un militant maghrébin avec la précision qu’il n’était pas musulman, Hortefeux, filmé par une équipe de Public Sénat, avait déclaré : « Il ne correspond pas du tout au prototype. Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. »
Le tribunal a jugé ces propos « outrageants, voire méprisants ». Il a prononcé une contravention et n’a pas retenu le caractère public de l’infraction qui en aurait fait un délit.
Thierry Lévêque
« SALAUDS DE PAUVRES ! »
Didier Le Reste a-t-il déraillé sur le montant de sa retraite ? Non…
Posté par Novopress dans France, Politique le 5 juin 2010
05/06/2010 – 19h00
PARIS (NOVOPress) : Didier Le Reste, « contrôleur » de la SNCF et dirigeant de la CGT Cheminots, a poussé le 26 mai dernier sur RTL un cri de détresse sur sa situation financière. Alors que le journaliste lui demande : « Vous n’avez pas peur que l’on puisse encore dire que les cheminots sont des privilégiés ? », Didier Le Reste répond : « Celui qui me dit ça, je lui dis : sortez votre fiche de paie. Moi, j’ai 34 ans d’ancienneté. Vous savez combien je touche moi de retraite net, et je suis contrôleur de la SNCF. Je touche 2 300 euros. Il est où, là, le privilège ? »
Or M. Le Reste est en principe encore en activité et ne partira en retraite qu’à la fin du mois de juin. D’autre part, sa fonction de « contrôleur », non-cadre par conséquent, ne lui offre en aucun cas le montant de retraite qu’il a annoncé au micro de RTL.
Alors pourquoi laisser buzzer l’internet sans réagir, sur un montant qui scandalise de nombreux Français ? Parce qu’il faudrait que M. Le Reste avoue quelque chose qui passerait peut-être encore plus mal auprès de l’opinion publique : en devenant il y a quelques années apparatchik de la CGT, il a ipso facto cessé de contrôler le moindre billet. Autrement dit, Didier Le Reste est « contrôleur » un peu comme Olivier Besancenot est « postier ». Et comme tout apparatchik d’un syndicat de la fonction publique, il est passé cadre d’office.
Pas d’erreur – juste une petite omission – : M. Le Reste aura bien une retraite mensuelle de 2300 euros nets. Un gentil parachute (alors que la retraite moyenne des Français est de 1625 € pour les hommes, et de 979 € pour les femmes) qui n’est pas sans rappeler celui dont avait bénéficié en son temps un autre apparatchik de la CGT, Jean-Christophe Le Duigou, ainsi que l’avait relaté Novopress.
Henri Dubost pour Novopress France
[cc] Novopress.info, 2010, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
[http://fr.novopress.info]
http://fr.novopress.info/60156/didier-le-reste-a-t-il-deraille-sur-le-montant-de-sa-retraite-non%E2%80%A6/

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

les assassins de l’Antillais sont des maghrébins racistes. Ouf !

Posté par neptuneparisi le 23 mai 2010

Midi-Libre édition

 

Millau. Le point sur l’enquête. Huit mis en examen mais toujours trois suspects en cavale.

Au bout de neuf jours d’enquête, le puzzle commence à prendre forme. Sur les dix-neuf Millavois ayant participé à cette « opération commando », huit d’entre eux ont été mis en examen vendredi par le juge d’instruction pour « assassinat, tentative d’assassinat, complicité d’assassinat et violence volontaire en réunion avec armes et préméditation ».
Parmi eux, trois mineurs ont été relâchés et placés sous contrôle judiciaire dans un foyer ou au sein de leur famille hors de l’Aveyron. Même sort pour deux autres majeurs suspectés, libérés sous contrôle judiciaire après leur passage devant le juge des libertés. Enfin, les trois autres mis en examen ont été incarcérés.
Si plusieurs des protagonistes ont déjà eu affaire à la justice, ces derniers sont dépeints comme de

petits délinquants. « Nous ne sommes pas dans la grande criminalité aggravée », a indiqué vendredi Brice Robin, procureur de la République de Montpellier. Ce week-end, celui qui serait à l’origine de l’expédition punitive, ainsi que deux autres complices en fuite depuis le drame, étaient toujours activement recherchés par la brigade criminelle du SRPJ de Toulouse. Face à des mis en cause peu prolixes en garde à vue dont il reste à établir les responsabilités – « ils sont dans le déni », a expliqué le procureur -, les enquêteurs ignorent encore qui a lardé (ben, mon cochon ! le porc vous salut bien !) de coups de couteau Jean-Ronald d’Haïti. Mais l’étau se resserre, des noms circulent.
Si les agresseurs présumés ne sont, pour l’heure, pas poursuivis pour la circonstance aggravante de racisme, la thèse de violences intercommunautaires à caractère raciste a bel et bien été lâchée vendredi par le procureur pour qui la préméditation ne fait d’ailleurs aucun doute. Un document explicite retrouvé au domicile de l’un des suspects en fait la preuve.
Et le mobile de l’expédition punitive ? Selon les nombreux témoignages recueillis par les enquêteurs durant la semaine, une telle flambée de violence serait née un mois auparavant, à la suite d’un simple échange de regards suivi d’une bagarre sur la place du Mandarous ayant opposé deux membres des communautés antillaise et maghrébine.
Lors de cette rixe dans laquelle Jean-Ronald ne serait pas impliquée, le jeune d’origine maghrébine, aujourd’hui recherché, reçut deux coups de poing lui fracturant la mâchoire. L’envie d’en découdre, de se venger, aurait ensuite mûri dans son esprit, aboutissant dans la nuit du 8 au 9 mai, à l’issue d’un macabre scénario, à la mort brutale d’un jeune homme visiblement victime d’un règlement de compte auquel il était étranger.

La rédaction

(depuis une semaine RTL, E1 et autres radios policées se sont évertuées à parler de « crime raciste » sans à aucun moment préciser que les meurtriers étaient des maghrébins ! Des millions de Français seront ainsi restés avec l’idée que ce ne pouvaient être l’oeuvre que de sales fachos blancs !)

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Bagarres nocturnes entre bandes rivales à Paris, plusieurs blessés

Posté par neptuneparisi le 17 novembre 2008

2008-11-16 16:31:55
PARIS (AFP)

bagarre1.jpg 

Une bagarre entre deux bandes rivales s’est produite samedi vers 19H30 dans le Forum des Halles à Paris au cours de laquelle trois policiers ont été légèrement blessés ainsi que l’un des protagonistes, a annoncé dimanche (bien dimanche) la Police urbaine de proximité (PUP).

Selon la PUP, la bagarre a impliqué quelque 25 personnes appartenant à la bande de la Gare du Nord et à une autre bande qui dit s’appeler la « Mafia-Def » (mafia du quartier de la Défense).

Ils étaient armés de battes de baseball, de barres de fer et de bombes de gaz lacrymogène.

Trois policiers ont été légèrement blessés et un des protagonistes de la bagarre, blessé à la clavicule, a été hospitalisé.

Pour Alain Gardère, directeur de la PUP, il s’agit de jeunes issus de la petite et de la grande couronne parisienne qui « utilisent les transports en commun pour se retrouver sur un terrain d’affrontement » comme ce fut le cas samedi soir au Forum des Halles situé à l’interconnexion des lignes A du RER, venant de l’ouest, et B venant du nord de Paris.

D’ailleurs les sept personnes interpellées, âgées de 16 à 21 ans, et qui se trouvaient toujours en garde à vue dimanche après-midi, sont originaires de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Clamart, Bagneux et Nanterre (Hauts-de-Seine), Argenteuil (Val-d’Oise) et Versailles (Yvelines), a précisé à l’AFP M. Gardère.

Pour M. Gardère, « dans 90% des cas » les mouvements de ces groupes de jeunes venant de banlieue vers Paris sont rapidement détectés par la centaine de patrouilles quotidiennes de la police des transports ou par les caméras de vidéosurveillance.

Il a d’ailleurs précisé que pour le seul mois d’octobre le service régional de la police des transports (SRPT) « a procédé à 1.687 interpellations » dans les transports d’Ile-de-France.

Mais samedi soir la présence des deux groupes n’a été « repéré qu’au dernier moment », selon M. Gardère, précisant que la police étant rapidement arrivée sur place, « ils n’ont pas eu le temps de s’affronter ».

Vers minuit, c’est une autre rixe qui a éclaté rue Sauffroy (XVIIe), près de la cité Guy-Môquet (XVIIe) entre deux groupes de jeunes originaires des XVIIe et XIXe arrondissements et au cours de laquelle un jeune homme âgé de 19 ans a été légèrement blessé au visage et au corps d’un coup de cutter.

A l’arrivée de la police les protagonistes avaient disparu et le blessé, dont les jours ne sont pas en danger, a été transporté à l’hôpital Bichat.

Dans le même temps samedi soir, entre 19H00 et 22H00, une importante opération de police mobilisant plus de 100 fonctionnaires s’est déroulée dans les cités « Curial-Cambrai » et « Orgues de Flandres » dans le XIXe arrondissement de Paris où les bagarres et règlements de compte se sont multipliés ces dernières semaines.

Lors de cette opération cinq personnes, dont deux en possession d’armes blanches et trois pour infraction sur la législation sur les étrangers, ont été interpellées.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

 

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?