• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

Armées. Un rapport qui dénonce des complaisances vis-à-vis de l’islam.

Posté par neptuneparisi le 27 janvier 2011

Le “padre” du 2e régiment étranger de parachutistes livre un compte rendu de mission explosif. Sa hiérarchie a demandé son départ de la Légion.

Grand sportif devant l’Éternel (il totalise plus de 1 000 sauts en parachute), d’un humour ravageur et très proche de ses ouailles en uniforme, Benoît Jullien de Pommerol ajoute à ses qualités de “padre” (nom traditionnel des aumôniers dans les armées) celle d’une grande franchise. Aumônier en Afghanistan de janvier à juillet 2010, il a observé des « dysfonctionnements importants qui ont conduit à des dérives graves ». Son témoignage courageux confirme ce que tant de militaires disent en off mais qu’il est difficile de diffuser pour ne pas faire le jeu des talibans. Familier des troupes d’élite (il servit aussi au 1er régiment de chasseurs parachutistes), titulaire de huit opérations extérieures (dont trois en Afghanistan) mais aussi féru d’histoire militaire et religieuse, cet abbé “fana-mili” n’est pas du genre contemplatif.

Son rapport montre qu’il n’a pas hésité à remettre en question des ordres jugés contraires aux valeurs à défendre – d’autres militaires avant lui furent confrontés à ce cas de conscience. « L’Église se meurt du silence des prélats, disait sainte Catherine de Sienne. Si je me tais, je raccroche les gants », dit-il.

Extraits :

« Il y a des occasions où “fermer sa gueule”, comme on dit en jargon militaire, est parfois coupable. Il me semble être dans une de ces situations. Il ne s’agit pas de “flinguer tout ce qui bouge”, mais plus de sonner le tocsin. Il y a en Afghanistan une volonté de l’armée française de créer un état d’esprit tout à fait déférent et bienveillant face à l’islam. Une crainte presque servile de déplaire à l’islam.

Les informations, consignes et règles de vie qui nous sont données sont parsemées de détails visant à surtout respecter la République islamique d’Afghanistan dans ses coutumes et ses lois. Ces consignes ne seraient jamais données en France car elles choqueraient les mentalités. Mais sous le prétexte qu’“ils sont chez eux”, nous assistions à une démission de l’intelligence, une trahison de l’esprit, un bannissement effrayant de la conscience… Ce qui est mauvais ici devient-il bon 7 000 kilomètres plus loin ?

Et toujours ce même argument sans cesse avancé : “Ils sont chez eux.” Cette base à toute discussion venait interdire totalement et définitivement la possibilité d’évaluer la pertinence, le bien-fondé, la valeur morale ou même la perniciosité de certains usages des habitants de ce pays, et nous obligeait à les regarder de manière neutre, voire bienveillante, puisque nous devions y souscrire en ayant une conduite conforme à ces usages… L’aboutissement de tels comportements s’apparentait beaucoup, chez certains, au “syndrome de Stockholm”.

Me désolant, lors d’une patrouille, de voir une fillette de 10 ans accompagnée de son mari qui devait en avoir 50, j’eus comme réponse le fameux argument : “Ils sont chez eux.” Or jamais cette personne ne m’aurait répondu cela en “temps normal”. Mais, l’esprit embourbé dans l’obligation impérative de respecter la République islamique d’Afghanistan, ses coutumes et ses lois, elle s’interdisait toute critique et toute opinion… Il est évident que cette personne était choquée de voir cela, mais la conscience reformatée pour les six mois de mission, elle ne s’autorisait pas un jugement sur ce que le bon sens commun appelle d’ailleurs de la pédophilie.

Une autre fois, ce fut une mère de famille, à terre, massacrée à coups de pied par son mari devant leurs enfants (les petits garçons seulement) qui poussaient des cris de joie à chaque fois que le coup portait à la tête. Évoquant le soir à table cet épisode qui avait marqué plus d’un soldat assistant à la scène, toujours cette même réponse, cette fois un peu désabusée : « Oh, écoutez Padre, ils sont chez eux… »

Ces comportements qui, en France, seraient qualifiés de “non-assistance à personne en danger”, sont le résultat de ces fameuses consignes, mais aussi du comportement de certains chefs qui obligent, par la conformité due à l’exemplarité instituée du chef, à un certain mimétisme, voire à une surenchère, et cela jusque dans les détails…

Les militaires féminins devaient avoir les bras couverts sur le terrain… Dans le cadre des actions humanitaires menées par l’armée française, des tapis de prière sont distribués dans les villages (si les Français savaient que leurs impôts servent aussi à cela…).

Nos chefs militaires et politiques ont écrit que la victoire ne serait pas militaire. La conclusion des Afghans est que nous avons donc perdu militairement. Nous sommes des vaincus. Et parallèlement, nous essayons, dans leur vision, de les acheter, ou d’acheter la paix, à coup d’euros ou de ponts, de routes, d’écoles, de couvertures, de tracteurs, etc. Ils nous dénigrent comme vaincus, et nous méprisent comme corrupteurs.

Ces erreurs viennent aussi de la méconnaissance, de notre part, des écrits sur lesquels se fondent les talibans pour nous combattre. Il suffit de lire le Coran, la charia, pour comprendre la teneur du danger. Nous ne voulons pas le faire, nous retranchant derrière les sempiternels arguments de traduction, de version ou d’interprétation.

Un autre épisode douloureux, très douloureux, touche aux dernières volontés de soldats français, bafouées par l’autorité. Lors de l’enterrement du caporal Hutnik, le premier mort de notre Task Force, de nombreux maleks et autres dignitaires locaux étaient présents à la prise d’armes. Tous sont restés assis, discutant et plaisantant durant la cérémonie.

À la fin de la prise d’armes, plusieurs légionnaires et sous-officiers sont venus me voir pour « me confier une mission », me disaient-ils : « Padre, si on meurt ici, on ne veut pas de ces gens à notre enterrement, notre vie, on la donne à la Légion, mais notre mort, c’est entre nous. » Ils me précisaient que le dernier moment, le dernier adieu, devait se passer au milieu de leurs frères d’armes, pour être porté, salué, pleuré par eux, mais qu’il ne fallait pas de spectateurs.

Parmi eux se trouvait le sergent Rygiel, mort quelques semaines plus tard lors d’une attaque de talibans. Immédiatement, alors que je suis encore devant son corps sur le terrain, des légionnaires viennent me voir et me disent : « Padre, il ne voulait pas d’Afghans à son enterrement, il ne faut pas qu’ils soient là pour la prise d’armes. » Je vais donc voir le chef de corps qui me dit qu’on ne peut répondre à pareille demande car il ne veut pas prendre le risque de perdre « les avantages acquis avec cette population depuis tant d’années de présence de l’armée française ». Les gars étaient dégoûtés.

Sur le terrain, nous donnons, construisons, finançons, aidons, tout cela avec bienveillance et sourire, pendant qu’eux trichent, volent, mentent, truandent, tuent et nous prennent pour des moins-que-rien. Ainsi, ne pas les accepter à l’enterrement leur aurait montré qu’il y a des limites et que nous ne voulons pas d’eux, qui coopèrent, avec femmes et enfants, au combat mené contre nous. Cet épisode s’inscrit, non pas dans le devoir du militaire d’observer les lois et les règlements, mais, comme beaucoup de faits évoqués, dans la volonté de s’ingénier à trouver sans cesse de nouvelles occasions de mieux s’engluer dans la soumission à l’islam en espérant plaire au système, et à des gens qui nous détestent.

Ainsi donc, à force de vouloir s’adapter, d’en rajouter, de surenchérir dans l’asservissement à l’islam et le « cirage de babouches », comme disaient des légionnaires, nous en arrivons à l’affaire du voile.

Le lundi 22 mars 2010… j’ai rencontré la sergent-chef A. R., avec la tête recouverte de son chèche, ne laissant paraître que l’ovale de son visage. Interloqué, je lui ai demandé pourquoi elle portait ainsi son chèche. « C’est un ordre », me répond-elle. Estomaqué, je lui demande des précisions, et elle m’explique que le chef du bureau opérations, la voyant tête nue (comme le sont tous les personnels), lui a demandé de se couvrir, expliquant que cela choquait les Afghans de la voir ainsi.

Le voile en Afghanistan est une obligation religieuse, et les femmes afghanes musulmanes sont donc tenues de le porter. Le problème est que la sergent-chef A. R. n’est pas une femme afghane musulmane, mais une soldate française, et qui plus est baptisée.

Le fait d’imposer un usage de la religion musulmane à une personne qui n’est pas de cette religion et qui le refuse porte atteinte à sa liberté. Liberté religieuse, car elle est obligée par un ordre d’agir contre sa foi. Liberté de conscience, car elle se voit forcée de cautionner et d’encourager cette pratique en montrant que même des militaires français l’imposent à leurs personnels féminins…  »

www.valeursactuelles.com

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

L’ancien garde du corps d’Hitler est fatigué par les sollicitations de ses admirateurs

Posté par neptuneparisi le 26 janvier 2011

Rochus Misch est fourbu. A 93 ans, le dernier garde du corps d’Adolf Hitler encore en vie n’a plus la force de répondre aux admirateurs qui lui demandent des autographes.

Rochus Misch, qui doit utiliser un déambulateur pour se déplacer dans son appartement du quartier de Rudow (sud de Berlin), a déclaré au Berliner Kurier qu’il ne pouvait plus, en raison de son âge, faire face à un tel déluge de lettre venues du monde entier. «J’en reçois de Corée, de Knoxville, dans le Tennessee, de Finlande et d’Islande – et que des mots gentils», affirme l’ancien téléphoniste du «Führerbunker» en 1945.

Jusqu’ici, cet ancien SS Oberscharführer [adjudant] envoyait à ses admirateurs des photos de lui pendant la guerre, sanglé dans son uniforme SS et signées de sa main. Mais il avoue ne plus pouvoir faire face à la demande. En 2008, il a publié ses mémoires, Le dernier témoin, dans lesquels il raconte les derniers jours d’Hitler et son suicide dans Berlin en ruines envahi par l’Armée rouge. L’ouvrage doit être porté à l’écran.

www.20minutes.fr

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

L’abbé de Pommerol prié de quitter la Légion

Posté par neptuneparisi le 23 janvier 2011

« Le devoir de réserve est-t-il transgressé lorsqu’il s’agit de rendre compte de ce que l’on a vu ? Il faut croire que oui puisque, aux dernières nouvelles, le père a été prié de « quitter » la Légion. »

En effet :

« Aujourd’hui les langues se délient et ce qui se disait dans les popotes se retrouve à présent dans les médias ; les militaires français en Afghanistan en ont gros sur le cœur et commencent à le faire savoir. On ne peut pas, longtemps, cacher de telles consignes déshonorantes et poursuivre sereinement sa mission. [...] Le problème dans cette affaire, ce n’est pas la transgression du devoir de réserve ou plus prosaïquement celui de fermer sa gueule mais bien de déterminer un seuil de résistance aux ordres : à partir de quand notre système de valeurs est-il en contradiction avec les exigences du commandement ? [...]

Il fait chaud, très chaud, près de 50 degrés, la femme en uniforme, française, qui distribue, action humanitaire ? des tapis de prières aux femmes afghanes d’un village (c’est dans le rapport), doit avoir les bras couverts, le prêtre ne mâche pas ses mots en sous entendant que les tapis sont financés par le contribuable français. Tout ce que nous apportons, construisons, livrons est accepté avec mépris, le mépris de ceux qui ont déjà perdu la guerre, c’est le ressenti exprimé du père Jullien. [...] Pendant qu’on rendait hommage à un légionnaire tué, drapeau français dans le vent, militaires au présentez-armes, minute de silence, des dignitaires locaux invités aux cérémonies sont restés assis plaisantant bruyamment entre eux. Il est même rapporté que certains, fort nombreux, se sont rapidement portés vers le foyer des soldats pour écluser bière sur bière n’oubliant pas d’en provisionner, au passage, les larges poches de leurs burnous. »

www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Afghanistan-un-padre-catholique-denonce-la-deference-envers-l-Islam-au-sein-de-l-armee-francaise_a104.html

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

L’école affaiblie par le communautarisme

Posté par neptuneparisi le 23 janvier 2011

Un rapport du Haut conseil à l’intégration (HCI) estime que la répartition de la population d’origine étrangère amène à un «effet ghetto» à l’école, révèle le JDD. D’après ce rapport (fichier au format PDF), qui devrait être remis dans sa forme définitive au Premier ministre début novembre, la France se caractérise non pas par la proportion d’enfants ayant au moins un parent né à l’étranger (elle est de 18,1% en France, contre 22% aux Pays-Bas ou 28% en Allemagne), mais par l’inégalité de répartition sur le territoire. Résultat, l’intégration par l’école ne va plus de soi.

Les enfants issus de l’immigration, qui représentent 20% de la jeunesse française, sont surreprésentés en Ile-de-France (57% en Seine-Saint-Denis, 41% à Paris), notamment dans 20 communes en banlieue parisienne où un jeune sur cinq est d’origine maghrébine et un sur six d’origine subsaharienne. Le JDD rapporte ainsi qu’à Clichy-sous-Bois ou La Courneuve, plus des trois quarts de la jeunesse est d’origine étrangère, et cite l’étude:

«Il n’est pas rare d’avoir des classes primaires et de collèges entièrement composées d’élèves d’origine étrangère, partageant la même confession [...] cet « effet ghetto » a des conséquences scolaires et sociétales préoccupantes.»

Principales conséquences: le rejet du français, mal maîtrisé, la difficulté des professeurs d’histoire-géo à enseigner le fait religieux, la Shoah ou le Proche-Orient, celle des profs des sciences de la vie et de la Terre confrontés à une remise en cause de l’évolutionnisme «au profit d’une action divine ou créationniste imposée par l’élève sans argumentation».

Dans certaines écoles, loin de l’idéal républicain, les élèves se situent par rapport à leurs origines nationales et religieuses. Les auteurs de l’étude saluent les efforts financiers et pratiques mis en oeuvre par l’Etat pour aider à la réussite scolaire, mais déplore le manque de coopération entre les différents opérateurs (responsables et animateurs des associations de soutien scolaire) et l’école. Au final, et par rapport aux résultats d’autre systèmes éducatifs développés, «l’école s’essouffle et tout particulièrement vis-à-vis des publics socialement défavorisés, notamment ceux issus de l’immigration».

Dans une interview au JDD, le président du Haut conseil à l’intégration estime que la mesure la plus importante pour lutter contre cette évolution serait de rendre l’école maternelle obligatoire, puisque «c’est à ce moment de la vie que les écarts se creusent» et qu’ils sont ensuite «difficilement rattrapables»:

«Un enfant issu d’une famille en grande difficulté possède moins de 400 mots à l’entrée au cours préparatoire alors que celui d’une famille de cadre dispose de 1.500 mots.»

www.slate.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

65 millions d’habitants en France, mais… combien de Français ?

Posté par neptuneparisi le 22 janvier 2011

Communiqué du bloc identitaire

L’INSEE vient de publier un claironnant bilan démographique. Tout va très bien ! La France compterait désormais plus de 65 millions d’habitants. Soit 10 de plus que lors de l’élection de François Mitterrand en 1981.

Cette augmentation du nombre d’habitants s’expliquerait, selon l’INSEE, par l’allongement de la durée de vie en hausse depuis 2000, mais aussi par un taux de fécondité de 2,01% qui ferait de la femme habitant en France une championne d’Europe.

Il manque, hélas, à ce bilan flatteur un élément essentiel.

65 millions d’habitants en France, mais combien de Français ?

65 millions d’habitants en France, mais combien de naturalisations depuis 30 ans ?

65 millions d’habitants en France, mais combien de personnes séjournant au nom du regroupement familial ?

65 millions d’habitants en France, mais combien de demandeurs d’asile ?

65 millions d’habitants et combien de clandestins à ajouter ?

www.bloc-identitaire.com

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Terrifiant :les cinq records du gouvernement Sarkozy-Fillon en 2010

Posté par neptuneparisi le 13 janvier 2011

Les statistiques officielles de l’immigration en France pour 2010 ne sont pas encore publiées. Mais les statistiques partielles sont sans ambiguïté : l’année 2010 sera l’année de tous les records pour les chiffres de l’immigration en France : record du nombre des titres de séjour attribués, record européen des entrées régulières, record européen des demandeurs d’asile, record de l’enfumage politico-médiatique.

Chiffres et explications :

1er record : la barre des 200.000 entrées régulières sera franchie

Malgré les discours lénifiants indéfiniment répétés et indépendamment des « alternances » politiques, les flux d’entrées recensés par le ministère de l’Intérieur n’ont jamais cessé de croître. Parties de 50.000 à 100.000 entrées annuelles au cours des années 1970/1980, les entrées régulières ont été portées de 100.000 à 150.000 au cours des années 1990 et elles sont constamment supérieures à 150.000 depuis le début des années 2000. Un nouveau cap va être franchi en 2010 : 182.000 titres de séjour ont déjà été attribués au cours des onze premiers mois de l’année. Sur l’ensemble de l’année c’est donc plus de 200.000 titres de séjour qui ont été attribués.

2e record : la France redevient le premier pays européen d’immigration

A la suite de la crise économique les grands pays européens ont pris des mesures de restriction de leur immigration. Malgré les règles européennes laxistes (tant de l’Union européenne que du Conseil de l’Europe), l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Grande-Bretagne ont réduit fortement leur immigration. La France, elle, n’a pas changé de cap. La France est donc le seul pays à avoir distribué plus de 200.000 titres de séjour en 2010 : 30.000 au titre du travail, 170.000 au titre des divers désirs des étrangers (regroupement familial, mariage, demandes de soins, etc.).

3e record : la France reste le premier pays de destination des demandeurs d’asile

En 2010, plus de 50.000 étrangers ont sollicité l’asile en France. Là aussi, c’est un record européen (peut-être mondial, d’ailleurs, mais il est encore trop tôt pour pouvoir l’affirmer). Certes, 80% de ces demandeurs d’asile n’obtiendront pas l’asile mais la majorité d’entre eux resteront en France comme clandestins en attendant d’être régularisés. Il est vrai qu’il y a un « marché européen de l’asile » ; et la France est considérée par les demandeurs comme un pays particulièrement attractif tant par les largesses de sa jurisprudence que par sa capacité d’hébergements (les places en CADA – Centre d’accueil des demandeurs d’asile – ont été multipliées par quatre depuis 2002, passant de 5.000 à 20.000).

4e record : moins d’expulsions que de régularisations

Le chiffre des expulsions d’étrangers clandestins – délinquants au regard du droit de séjour – restera scotché à la barre des 30.000, c’est-à-dire moins que celui des régularisations ; chiffre des régularisations « au fil de l’eau » qui, lui, ne sera connu que très tardivement mais qui s’est toujours situé au-dessus de 30.000 au cours des dernières années. Or le nombre des clandestins est considérable : parlant de la Côte d’Ivoire, Le Monde du 4 janvier 2001 citait « 37.000 ressortissants (ivoiriens) présents en France – 100.000 avec les sans-papiers ». Soit 70.000 clandestins pour un seul pays d’Afrique noire ! Un chiffre qui autorise à penser qu’en Ile-de France, quand on croise trois Africains noirs, deux sont des clandestins.

5e record : celui de l’enfumage politico-médiatique

Le principe est simple : « Un expulsé ça m’émeut, 200.000 entrées régulières, c’est de la statistique ». Le jeu est toujours le suivant :

  • -le gouvernement procède à un effet d’annonces ;

  • -les associations immigrationnistes (qu’il subventionne) protestent ;

  • -les médias racontent une histoire individuelle ou montrent une manifestation qui concerne quelques dizaines de personnes.

Et tout le monde y gagne : les médias augmentent leur audience sur fond d’émotion et de polémique ; le gouvernement passe pour énergique ; les associations immigrationnistes accroissent leur visibilité et satisfont leur volonté de pouvoir. L’électeur et le contribuable n’ont, quant à eux, aucune chance de faire entendre leur point de vue !

Changer de paradigmes !

Maîtriser l’immigration ne relève pas d’une banale « alternance» politique mais d’un changement de paradigmes. Ce qu’il faut c’est : rétablir la liberté d’expression ; supprimer le financement des associations immigrationnistes ; changer de paradigme moral pour retrouver la fierté et rompre avec la repentance ; changer de paradigme juridique pour recouvrer la souveraineté française sur les lois françaises et renoncer à l’idéologie des droits de l’homme ; sortir du mondialisme économique et du sans-frontiérisme ; revenir au patriotisme économique ; rétablir de vraies frontières ; remettre en vigueur la liberté de préférence et abandonner la lutte contre les « discriminations » ; adopter le principe de préférence nationale ; valoriser les principes de la civilisation française et refuser les mœurs étrangères ; réformer le droit de la nationalité ; mettre en œuvre la démocratie directe.

Et en attendant ? Développer une attitude dissidente !

Ne nous méprenons pas. Ces changements supposent un basculement du monde et le renversement des élites dirigeantes politiques, financières, médiatiques qui gouvernent. En attendant il faut développer une attitude dissidente : dans le choix de l’école de ses enfants, dans l’enseignement qui leur est délivré, dans la sélection de ses fournisseurs, dans l’achat local plutôt que dans l’achat global, dans l’affirmation sans complexes de ses convictions politiques, de sa foi religieuse ou de ses choix philosophiques, de ses préférences culturelles et gastronomiques.

www.polemia.com/article.php?id=3391

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Les élèves infirmiers découvrent les rites musulmans à la mosquée

Posté par neptuneparisi le 13 janvier 2011

Cela va faire partie de l’apprentissage indispensable. Extrait du reportage du Parisien :

« Une trentaine d’étudiants de l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) de l’hôpital Emile-Roux (AP-HP), à Limeil-Brévannes, [étaient mardi] à la mosquée de Créteil. Après une visite de l’édifice, ces futurs infirmiers et infirmières, appelés à côtoyer des patients de différentes confessions religieuses, ont suivi une conférence conduite par l’Union des associations musulmanes de Créteil (UAMC), qui gère la mosquée, sur le thème : «Le milieu hospitalier et l’islam». Avant cette sensibilisation, les étudiants s’étaient déjà rendus chez les bouddhistes à la pagode de Joinville, à la synagogue de Créteil rencontrer la communauté juive ou encore à l’église orthodoxe de Paris. [...]

Avant d’engager les discussions, Ibrahim, de l’UAMC, remercie les étudiants. «Aller vers l’autre pour mieux se connaître, pour dissiper les malentendus, les préjugés, est très important pour nous.» Les étudiants ont multiplié les questions. «Il paraît qu’un non-musulman ne peut pas toucher un Coran écrit en arabe. Comment fait-on si un patient hospitalisé le laisse tomber du lit?» demande une étudiante. Réponse : «Vous pouvez le ramasser avec une couverture, il faut que quelque chose fasse barrière.» «Si un patient ne peut pas entrer en contact avec l’eau, pour des raisons médicales, comment peut-il faire ses ablutions avant la prière ?» interroge un autre étudiant. «Ne soyez pas étonné si vous voyez une pierre dans sa chambre, il peut en effet passer cette pierre pour se purifier s’il ne peut pas utiliser l’eau», indique l’intervenant. »

Michel Janva du salon beige

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

A la jeunesse afro maghrébine : « Partez maintenant »

Posté par neptuneparisi le 13 janvier 2011

A la jeunesse afro maghrébine.

Jeunesse afro maghrébine, vous gâchez vos chances et êtes en train de détruire, comme des enfants gâtés, grincheux et mal élevés, ce que nos parents ont bâti et que vos parents sont venus chercher et ont aidé à développer.

Vous êtes en train de scier la branche de l’arbre que nous avons planté  et élevé et sur laquelle vous vous êtes assis. Mais une fois la branche coupée, car vous la scierez bien évidemment, devinez ce qui va arriver ?

Nous mettrons un pansement sur le moignon afin d’éviter l’infection et nous veillerons bien attentivement à ce que vous ne puissiez plus jamais remonter sur NOTRE arbre.

Ensuite, d’autres branches pousseront et l’arbre se développera, grandira pour faire toujours plus de place à ceux qui voudront participer à son développement et qu’il puisse produire toujours plus de fruits.

Et puis, nous planterons d’autres arbres car nous avons quelque chose que vous n’avez pas dans les pays de vos ascendants : de l’eau, plusieurs sortes d’eau, et je vous laisse deviner laquelle est aujourd’hui la plus précieuse pour nous !

Mais plus jamais nous ne vous inviterons à partager les fruits de nos efforts.

Nous avons tout compris en voyant dans quel état les vôtres, dont vous portez haut les drapeaux, tout en brûlant le notre, entretiennent les pays africains et maghrébins dont vous êtes originaires.

Nous avons compris que si, individuellement, vous êtes capables de socialisation, et de modernité, collectivement vous vous comportez comme des barbares destructeurs, paranoïaques et schizophrènes, enfermés dans votre religion de haine avec laquelle vous espérez bien nous envahir et nous détruire sans réfléchir une seconde que vous vous détruirez en même temps.

Il vous reste une chance pourtant.

Je suis d’accord avec vous pour reconnaître qu’il existe dans notre pays des inégalités financières, sociales, culturelles, qui sont source de conflit. Mais nous avons appris à les gérer, ce que vous ne savez et ne voulez pas faire, car certains vous ont inculqué au sein de vos mosquées et dans vos quartiers perdus, que seul l’islam et le djihad  étaient éducatifs, socialisants et source de bien être pour tous.

Nous sommes un vieux pays, de culture judéo-chrétienne, il le restera !  Vous êtes originaires de pays jeunes et bouillonnants comme votre jeunesse à qui des idiots utiles ont dit que la transgression de nos règles, nos codes sociaux était socialisante, que la France c’était comme les mobylettes, qu’il fallait du mélange pour la faire marcher.

Ces imbéciles se sont et vous ont trompés, ça ne marche pas ainsi.

Il vous reste une chance, disais-je, de comprendre et de vous insérer dans un monde qui, si vous ne le faites pas, vous broiera inexorablement, vous et vos imams fanatiques.

Cette chance, c’est de partir ! Il n’y a plus de place pour vous chez nous. Je répète, nous sommes un vieux pays qui n’a pas fini de vieillir car nous vivons de plus en plus longtemps.

Trouver un emploi chez nous est une gageure. Les grands chantiers du monde s’ouvrent ailleurs ; allez au Maroc, en Algérie, en Afrique noire, il y a tant à faire. Tout est ouvert aux esprits pionniers. Nous y avions laissé une structure saine, économique, administrative, des biens, meubles et immeubles.  Qu’est ce que vos frères sur place en ont fait ? Pourquoi les Chinois viennent  prendre la relève ? Vos frères sont ils  incapables de s’auto gouverner ? Ce n’est pas aux chinois de venir labourer, saisir les bras de la charrue et le manche de la cognée, mais aux indigènes de le faire et, vous pouvez les y aider.

Contrairement à eux, vous avez eu accès à l’Éducation, une formation, et une assistance sociale qui a permis a nombre d’entre vous de vivre.

Il faut malheureusement  constater que beaucoup trop abusent du système, demandant toujours plus sans arrêt. Il est au bord de l’explosion.

Le gâteau est devenu trop petit mes amis et vous ne faites pas grand-chose pour l’agrandir !

Souvenez vous et, si vos parents ne vous l’ont pas raconté, demandez aux anciens Pieds Noirs. Vos frères  leur ont  tout pris et puis ils ont dit : « La valise où le cercueil » et pourtant comme vous aujourd’hui, ils étaient chez eux, et ils auraient bien aimé rester.

Alors si vous voulez jouer en France une hypothétique deuxième mi temps de la « guerre d’Algérie », ou prendre une revanche sur la « colonisation », méfiez vous, vous pourriez quitter la France dans de plus mauvaises conditions que celles que j’ai l’intelligence de vous proposer et que vous n’aurez pas la stupidité de refuser.

            Vos frères vous attendent, bon voyage mes jeunes amis !

Jacques Oudin

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Chevènement soutient Zemmour: « Si son propos est brutal, il n’est pas inexact »

Posté par neptuneparisi le 13 janvier 2011

Qui? Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement Républicain et Citoyen, sur Europe 1.

Le contexte: depuis mardi, le chroniqueur Eric Zemmour, est poursuivi  pour ses propos controversés sur « les Noirs et les Arabes.

Le journaliste est cité en justice pour diffamation et incitation à la haine raciale par cinq associations antiracistes (SOS Racisme, la Licra, le Mrap, l’UEJF et J’accuse).

Eric Zemmour a reçu le soutien (prévisible) du président du Front national Jean-Marie Le Pen et (moins prévisible), celui de l’ex-ministre de l’ Intérieur Jean-Pierre Chevènement. Le débat fait rage chez les Posteurs: cginisty a pris position en faveur du chroniqueur, mais la majorité lui tombe dessus.

Bonus track: « Eric Zemmour a failli être licencié pour une faute qui n’en était pas une. Si son propos est brutal, il n’a pas dit quelque chose d’inexact. Les maires qui ne sont pas d’accord n’ont qu’à constater le fichier des infractions constatées. »

« La liberté d’expression ne peut pas être corsetée par des décisions judiciaires. Eric Zemmour, avec lequel je ne suis pas toujours d’accord, notamment sur l’immigration, ne dit pas que des bêtises. Comme disait Voltaire, « je hais vos idées, me battrais jusqu’au bout pour que vous puissiez les dire ». »

www.lepost.fr/article/2011/01/13/2369155_chevenement-soutien-zemmour-si-son-propos-est-brutal-il-n-est-pas-inexact.html

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

L’islam élimine les minorités chrétiennes pour assurer son hégémonie

Posté par neptuneparisi le 8 janvier 2011

Mgr Luigi Negri, évêque de Saint-Marin, en Italie, a déclaré :

« A la barbe de tous les irénismes, de toutes les recherches de modération, le terrorisme islamique a un objectif explicite: la conquête islamique du monde et, à l’intérieur de cet objectif (qui sera certainement à plus long terme), un autre objectif plus immédiat à savoir la destruction du christianisme en Terre Sainte, au Moyen-Orient, et ensuite plus ou moins dans tous les pays, même ceux d’ancienne tradition chrétienne. »

« L’islam s’est chargé de mener jusqu’au bout la lutte contre le christianisme. C’est un fait incontestable, et j’espère que même les catholiques les plus partisans de l’ouverture, les plus irénistes, s’en sont aperçus. Celui qui ne voit pas le danger ne fait pas un bon usage de sa raison. Il s’agit d’une tentative violente, dans de nombreux pays africains et asiatiques, d’imposer l’hégémonie islamique. [...] L’islam est à l’assaut pour devenir hégémonique et l’élimination des minorités chrétiennes est un point crucial. »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

123
 

MAGMA INFO |
REVEILLONS-NOUS |
Histoire des fauteuils |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humain, trop humain!
| ACTUBUZZ BY GBA
| Quoi de neuf Cerise?